Les Japonais ne veulent plus des JO des Tokyo, le gouvernement Suga sous pression

Analyse. Reportés d’un an, les Jeux de Tokyo qui doivent débuter le 23 juillet seront une première dans l’histoire de l’olympisme. Non seulement parce qu’ils auront lieu en temps de pandémie mais surtout parce que, loin d’être le symbole de l’harmonie – dont le Japon fait un trait de la culture nationale –, ils s’ouvriront sous le signe de la discorde : huit Japonais sur dix s’opposent à leur tenue, indiquent les sondages.

L’entêtement du gouvernement de Yoshihide Suga et du Comité international olympique (CIO) à maintenir les Jeux est en passe d’ouvrir une crise politique larvée. Atermoiements, mesures à contretemps, revirements et divergences entre les gouverneurs de province inquiets de la détérioration de la situation sur le terrain, et le gouvernement central prisonnier de l’engagement envers le CIO, en sont les ingrédients.

Lire aussi Pour le Comité olympique, rien ne peut empêcher la tenue des JO cet été à Tokyo

Depuis début mai, l’Archipel est confronté à une nouvelle vague de contagion. Des départements sont placés, les uns après les autres, en état d’urgence et les médias dénoncent la politique erratique du gouvernement qualifiée d’« inepte » par Asahi, qui, le 26 mai, a été le premier quotidien national, partenaire officiel des JO, à exhorter le gouvernement à respecter la « légitime préoccupation » de la population et à annuler.

« Impossible de concilier santé publique et compétitions »

Les interventions du premier ministre ne sont guère convaincantes et sa popularité est en berne. « Je crois qu’il est possible d’organiser des JO en toute sécurité sanitaire », répète-t-il comme s’il psalmodiait un sutra. « Mission impossible », tranche à la télévision l’homme d’affaires médiatique Hiroshi Mikitani, fondateur du plus grand groupe nippon de commerce en ligne, Rakuten.

Lire aussi JO de Tokyo, les Etats-Unis recommandent à leurs ressortissants de ne pas se rendre au Japon

En termes de nombre de victimes du Covid-19, le Japon est certes dans une position enviable par rapport aux autres membres du G7 : 12 500 décès depuis le début de la pandémie et plus de 720 000 malades sur 126 millions d’habitants. Mais les deux tiers des cas de contamination et de décès sont survenus au cours des cinq premiers mois de l’année. Les hôpitaux, proches de la saturation pour les cas graves, doivent refuser des malades et retarder les traitements ou les opérations de patients souffrant d’autres symptômes.

Non seulement le slogan « Les JO, symbole de la victoire sur le virus » lancé par M. Suga au début de son mandat – en septembre dernier – n’est plus de mise, mais la tenue des Jeux focalise un mécontentement qui s’intensifie. Au point qu’à la Diète, le premier ministre s’est cru obligé d’affirmer qu’il « ne place pas les Jeux olympiques avant la santé de la population ». Selon le chef de file de l’opposition démocrate, Yukio Edano, « il est impossible de concilier santé publique et compétitions ».

Il vous reste 53.1% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source : Le Monde.fr

Partagez !

Laisser un commentaire