Critiqué pour ses propos sexistes, Yoshiro Mori finit par quitter la présidence du comité d’organisation des JO de Tokyo

Un manifestant protestant après les propos sexistes de Yoshiro Mori, le 11 février à Tokyo. Un manifestant protestant après les propos sexistes de Yoshiro Mori, le 11 février à Tokyo.

Critiqué pour ses propos sexistes, désormais ciblé par les principaux sponsors des Jeux olympiques, Yoshiro Mori va quitter la présidence du comité d’organisation des JO de Tokyo (Tocog). D’après les médias japonais, il pourrait être remplacé par Saburo Kawabuchi, actuel maire du village olympique, ancien international de football et président de la fédération japonaise de ce sport, aussi connu pour des prises de position proches de la droite extrême, notamment vis-à-vis des Coréens, et pour son grand âge, 84 ans. D’autres noms circulent, comme celui de Tamayo Marukawa, présentatrice de TV Asahi entrée en politique et qui a été ministre des Jeux olympiques en 2016-2017.

Révélée jeudi 11 février par la presse nippone, la démission de M. Mori, 83 ans, devrait être actée le vendredi, lors d’une réunion du comité d’organisation décidée dans l’urgence, en présence du président du Comité international olympique, Thomas Bach, de la ministre des Jeux olympiques, Seiko Hashimoto, et de la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, qui avait annoncé qu’elle n’y participerait pas si la situation autour de l’affaire Mori « ne s’améliorait pas ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les propos du patron des JO de Tokyo, pour qui « les femmes parlent trop pendant les réunions », et les archaïsmes de genre au Japon

Les participants vont discuter de la succession de M. Mori, avec l’espoir qu’elle calme la tempête déclenchée par les propos du démissionnaire, qui avait déploré le 3 février que « les conseils d’administration avec beaucoup de femmes prennent beaucoup de temps », car elles ont, selon lui, « du mal à finir » leurs interventions. Ses excuses formulées du bout des lèvres le lendemain n’avaient fait qu’exacerber la colère provoquée.

Pétition

Une pétition lancée le 4 février et appelant à des « sanctions appropriées » a réuni en une semaine près de 150 000 signatures. Le 7 février, 60 % des Japonais estimaient dans un sondage que M. Mori n’avait plus sa place à la tête du Tocog, et quelque 440 bénévoles ont décidé de renoncer à leur mission. A l’international, les critiques se sont multipliées.

Du côté du gouvernement japonais, l’idée du départ de M. Mori semblait inenvisageable en raison de son influence et de son rôle central dans la préparation des JO. Yoshiro Mori a été placé en 2014 à la tête du comité d’organisation par le premier ministre de l’époque, Shinzo Abe (2012-2020). Outre ses fonctions parlementaires, cet ancien deuxième ligne de rugby à l’université de Waseda a présidé l’Association japonaise du sport et la Fédération nippone de rugby.

Ni l’Association japonaise du sport ni le Comité olympique japonais ne prennent de décisions sans le consulter ! M. Mori reste l’artisan du succès de la coupe du monde de rugby organisée en 2019 dans l’archipel. « Les personnes évoluant dans le domaine sportif vivent dans un monde avec Mori au sommet », expliquait, le 8 février, l’agence Kyodo News.

Sponsors inquiets

Le premier ministre, Yoshihide Suga a considéré ainsi ses propos comme « s’écartant complètement de l’importante philosophie olympique en faveur de l’égalité des genres ». Mais il n’a pas appelé à sa démission. Idem du côté du Keidanren, la puissante confédération patronale nippone. « S’il démissionne, il n’y aura pas de Jeux olympiques. Nous avons besoin de lui. Il faut qu’il continue, quel qu’en soit le prix », déclarait le 8 février une source gouvernementale.

C’était sans compter la colère des sponsors nippons, inquiets pour leur image et qui ont déjà versé 3,3 milliards de dollars pour les JO de Tokyo. « Nous sommes déçus par les récents commentaires du président du Tocog, qui sont contraires aux valeurs que Toyota respecte et soutient », a déclaré, le 10 février, Akio Toyoda, patron du tout-puissant constructeur automobile qui veut profiter des JO pour promouvoir la technologie des véhicules à hydrogène.

Plus tôt, le brasseur Asahi avait trouvé les propos de M. Mori « décevants et inappropriés, alors que les JO promeuvent l’égalité des genres ». Le groupe pétrolier Eneos a, lui, « déploré les propos sexistes » du président du comité. L’évolution de la situation a aussi poussé le Comité international olympique à revoir son positionnement : ayant initialement déclaré que l’affaire était close après les excuses de M. Mori, il a finalement qualifié le 9 septembre ses commentaires d’« absolument inappropriés ».

Source : Le Monde.fr

Partagez !

Laisser un commentaire