Le Japon prêt à rejeter dans l’océan les eaux contaminées de la centrale de Fukushima

Des réservoirs de stockage pour eaux contaminées, sur le site de la centrale nucléaire de Fukushima, à Okuma au Japon, en février 2019.

Passant outre les oppositions, le gouvernement japonais s’apprête à décider de rejeter dans l’océan les eaux contaminées issues des opérations de refroidissement des réacteurs endommagés de la centrale nucléaire de Fukushima.

Selon les informations données vendredi 16 octobre par les médias nippons, une décision officielle devrait être prise avant la fin octobre, conformément au souhait du premier ministre, Yoshihide Suga, partisan d’une solution « dès que possible ». L’opération nécessitant des travaux et une évaluation par l’Autorité de régulation du nucléaire (ARN), le rejet ne devrait pas commencer avant deux ans.

Lire aussi L’eau contaminée, poison durable de Fukushima

Ravagée par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011, la centrale Fukushima numéro un, au nord-est du Japon, a subi la fusion de trois de ses six réacteurs. Depuis, la compagnie d’électricité de Tokyo (Tepco) refroidit ces réacteurs avec une eau qui sort de cette opération chargée de composants radioactifs.

Tepco et ses partenaires, entre autres le groupe français Orano (ex-Areva, partenaire du démantèlement du site), gèrent son traitement, réalisé entre autres avec le Système avancé de traitement des liquides (ALPS) qui vise à éliminer une partie des radionucléides, avant un stockage dans les réservoirs installés sur le site. En septembre, 1,23 million de tonnes d’eau contaminée remplissaient 1 044 réservoirs. D’après l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’ensemble des réservoirs devraient être pleins vers l’été 2022.

Craintes au Japon et à l’étranger

Depuis plusieurs années, Tokyo cherche une solution pour s’en débarrasser. En novembre 2018, une mission de l’AIEA dirigée par le Français Christophe Xerri, ancien de la Cogema, d’Areva et du Japonais Mitsubishi Nuclear Fuels, présentait un rapport soulignant « l’urgence » d’une décision à ce sujet.

En février, une commission gouvernementale nippone présentait la vaporisation dans l’atmosphère et le rejet en mer comme des « options réalistes ». Le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, affirmait au même moment que le rejet en mer « correspondait aux normes en vigueur dans le monde » au sein de l’industrie nucléaire.

Une telle mesure inquiète et le gouvernement, lancé dans une série de consultations à ce sujet depuis avril, peine à rassurer. Les pêcheurs, déjà durement affectés par la catastrophe, s’y opposent catégoriquement, a rappelé le 15 octobre Hiroshi Kishi, président de JF Zengyoren, fédération nationale des coopératives de pêche, lors d’un entretien avec le secrétaire général du gouvernement, Katsunobu Kato. La fédération nationale des consommateurs Shodaren est également contre le rejet, qui bénéficie toutefois de la « compréhension » de la fédération des chambres de commerce et d’industrie.

Il vous reste 40.3% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source : Le Monde.fr

Partagez !

Laisser un commentaire